« RECONSTRUIRE »

Nous avons vu tomber des murs. Certains séparaient les peuples, et nous avons applaudi, nous avons dansé. D’autres soutenaient des toits de maisons, et nous avons pleuré, nous avons maudit. Des murs ont été relevés, certains pour séparer d’autres peuples, et nous avons condamnés, nous avons dénoncé, d’autres pour bâtir de nouvelles maisons, et nous nous sommes réjouis, nous nous sommes félicités.

Ça continuera. Invariablement. Toujours il y aura la destruction pour menacer nos édifices, nos certitudes, nos victoires. Comme toujours nous défierons la gravité et comme toujours la gravité nous fera trébucher. Nous verrons encore s’effondrer nos châteaux de cartes. Nous n’y pouvons rien et nos questions restent béantes.

Les gouffres s’ouvriront, répondrons-nous par davantage de ponts ? Les bombes tomberont, répondrons-nous par davantage de pelles et de truelles ? Les ruptures surviendront, leur acharnerons-nous l’amour et la parole ? Aux fractures, répliquerons-nous par les atèles de l’amitié ? Aux abattus, inventerons-nous de nouvelles échines ? Nos vies nous échapperons, les reprendrons-nous en mains, quitte à faire table rase, à tout recommencer ?

Car peut-être les apocalypses sont-elles une chance. La chance de construire autrement, de construire encore. Ou de ne rien construire du tout. Mais rassemblant les débris du monde, de nos enfances, de nos tentatives, de nos erreurs, les débris aussi de nos chefs-d’œuvre et de nos gloires, nous pourrions bien les rempiler les uns sur les autres, dans un agencement étrange et nouveau, plus solide peut-être. Un totem composite, un phénix de bric et de broc.

Le Lyncéus Festival a quatre ans. En 2017, notre thème, c’est juste après les deuils et la perplexité, quand se pose la question de retrousser ses manches : RECONSTRUIRE.

 

Programme

Partenaires